Insultée en ligne, une jeune femme handicapée termine sur le podium du concours Miss Italie

La femme de 18 ans, qui porte une prothèse à une jambe après un accident en deux-roues survenu lorsqu’elle avait 13 ans, a terminé troisième du concours.

Chiara Bordi, une jeune femme avec une prothèse, a réussi mardi au petit matin à figurer parmi les trois finalistes de Miss Italie, sans toutefois l’emporter, après une campagne d’insultes sur les réseaux sociaux.
En bikini comme les autres participantes. La jeune femme de 18 ans, originaire de Tarquinia dans le centre de l’Italie, porte une prothèse à une jambe après un accident en deux-roues survenu lorsqu’elle avait 13 ans. Elle a défilé, comme toutes les autres jeunes femmes, en bikini.
Attaquée sur les réseaux sociaux. Mais elle a essuyé ces derniers jours des insultes sur les réseaux sociaux, suscitant une grande vague de réactions outrées de personnalités et d’anonymes. « Il me manque une jambe, mais à vous un cœur et un cerveau », avait notamment rétorqué Chiara, sur son compte Facebook, à une personne qui l’accusait d’être dans le concours « seulement parce qu’estropiée ».
« La vie est toujours belle ». « Derrière toutes ces méchancetés se cachent des frustrations et des insatisfactions. Ce n’est pas la victoire qui m’intéresse, mais montrer au monde que la vie est toujours belle », également lorsqu’on « renaît suite à un drame », avait-elle commenté. La brune Chiara a terminé troisième d’un concours réunissant 32 autres reines de beauté italiennes.
  
 
Source : autre presse
 

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13851-insultee-en-ligne-une-jeune-femme-handicapee-termine-sur-le-podium-du-concours-miss-italie

Entrepreneuriat féminin : Mélanie Hawken rassemble les femmes entrepreneurs à l`occasion de la première édition de ‘’Lioness Lean In’’ à Abidjan

Au cours de la matinée du 13 septembre, les femmes entrepreneurs d’Abidjan, se sont rassemblés pour échanger avec leurs homologues femmes d’affaires et créatrices de marques lors du premier petit-déjeuner ‘’lioness Lean In’’ à l’hôtel Tiama d’Abidjan.

Cette journée a commencé avec le petit-déjeuner et la mise en réseau des participantes. Une aubaine pour elles de se rencontrer, de tisser des liens importants et d’ouvrir de nouvelles opportunités commerciales.
En partenariat avec l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas en Côte, les ‘’Lionnes d’Afrique’’ ont accueilli cent femmes chefs d’entreprises. Lors de son allocution, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas en Côte d’Ivoire, SEM Robert van den Dool a exprimé la fierté de sa chancellerie à être partenaire d’une telle activité : «l’ambassade est un fier partenaire avec un objectif commun : promouvoir la position des femmes dans l’économie et le commerce international. Ayant rencontré et entendu les femmes entrepreneurs extraordinaires en Côte d’Ivoire, nous pensons que les événements ‘’Lean In’’ répondent à un besoin existant. En tant que partenaire, les Pays-Bas s’efforcent de promouvoir et de stimuler l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Notre ambition est de combiner aide, commence et investissement pour une croissance inclusive. »
Quant à Melanie Hawken, fondatrice et directrice exécutive de ‘’Lionesses of Africa’’, lors de son intervention, elle a présenté un aperçu du travail des ‘’lionnes d’Afrique’’ en vue d’autonomiser et de soutenir un million de femmes sur le continent africain. Pour Mme Hawken, ‘’c’est formidable d’être à Abidjan pour le première fois et d’avoir l’occasion de tisser des liens avec notre communauté de femmes entrepreneurs en Côte d’Ivoire… »

Trois chefs d’entreprises ivoiriennes ont partagé avec le public leurs réussites entrepreneuriales et leurs projets de création d’entreprise. Il s’agit de : Bénédicte Mendy, fondatrice d’Okana/ Bar Nomade, Amie Kouamé, fondatrice d’Ayana et de Caroline Hien, créatrice des confitures Carol’s. Ces dames ont ébloui l’assistance de leurs témoignages aussi intéressants les uns que les autres. Deux Sud-Africaines ont également partagé leurs expériences : Regine Le Roux, fondatrice de Réputation Matters et Margaret Hirsch, co-fondatrice et directrice des Opérations de Hirsch’s Homestores.
Mme Goergette Zamblé, présidente d’Empow’her Côte d’Ivoire, n’est pas restée en marge de cette activité. Elle a présenté son organisation. De même que Tinotenda Pasi-Chirinda, conseillère en genre pour le Fonds d’investissement des Entreprises en Afrique (AECF).
C’est dans une ambiance bon enfant que la cérémonie s’est achevée.
 
Yolande Jakin

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13839-entrepreneuriat-feminin-melanie-hawken-rassemble-les-femmes-entrepreneurs-a-l-occasion-de-la-premiere-edition-de-lioness-lean-in-a-abidjan

Un millionnaire britannique cherche une femme à épouser

Pour dépenser sa fortune et partager sa vie, un millionnaire britannique de 72 ans cherche une femme à épouser. Mais attention, l’homme est intransigeant : pour devenir son épouse, il faut respecter de nombreux critères.

Et si l’homme de votre vie était un millionnaire britannique de 72 ans ? En échange de 56 000 € « d’argent de poche » par an et d’un quotidien agréable, Sir Benjamin Slade veut épouser une femme avec qui il pourra avoir des enfants, a rapporté le quotidien Midi Libre .
À 72 ans, Benjamin Slade n’a toujours pas d’héritiers. Alors, il a eu l’idée de lancer un appel à la télévision lors de l’émission « Good Morning Britain », en fin de semaine dernière : il cherche une femme. Pour trouver la perle rare, le septuagénaire a mis toutes les chances de son côté : avec sa fortune, il promet de gâter sa future épouse. Voyages, shopping, repas prestigieux, il ne lui refusera rien. En échange, sa dulcinée doit être prête à avoir des enfants avec lui, « de préférence un garçon », pour assurer sa descendance.
Un millionnaire intransigeantMais, devenir la future madame Slade a un prix. Le Britannique a des critères très précis pour choisir sa future femme : elle doit avoir une licence de tir, être capable de piloter un hélicoptère, mesurer moins de 1,67 mètre, avoir entre 30 et 40 ans et envie d’avoir des enfants. Comme si ce n’était pas suffisant, le millionnaire souhaite aussi que sa future épouse, si elle n’est pas britannique, ne soit pas originaire d’un pays dont la première lettre est un « i », ou d’un pays qui comporte du vert sur son drapeau. De nombreux critères qui ne vont pas faciliter la recherche du septuagénaire.
Pour Benjamin Slade, il s’agit avant tout d’un « deal » : le millionnaire prévoit un contrat avec la jeune femme, qui recevra 56 000 € d’argent de poche par an pour sa « prestation ».
 
 

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13832-un-millionnaire-britannique-cherche-une-femme-a-epouser

ABIDJAN: une jeune dame cadre de Banque s`est suicidée à l`eau de javel à cause de l`infidélité de son mari

Il est certain que lorsqu’elle voyait le jour, en 1980, ses géniteurs ne s’attendaient à ce que leur fille connaisse un destin aussi tragique. Le samedi 30 septembre dernier 2017, la consternation était insurmontable au cimetière d’Aboisso.

Comment comprendre qu’une jeune cadre de banque, pleine d’avenir et qui venait à peine de recevoir les clés de sa maison achetée au prix de plusieurs années de sacrifices pécuniaires, décide de mettre fin à ces jours, sans mot dire à qui que ce soit? et pour quoi? pour une sordide histoire de chagrin d’amour…
Selon l’Homme de Dieu qui relatait les faits, cette jeune dame était en liaison avec un employé de la Mairie de Treichville, qui lui était d’une infériorité financière notoire. Malgré sa faible rémunération à hauteur de seulement 100.000f, la bonne dame payée, elle, à au moins 500.000f, toujours selon le Pasteur, accepte de se mettre en ménage avec lui et de surcroît d’assumer les charges essentielles rien que pour le bonheur du couple. Seulement, le morceau de bois quoi qu’ayant duré dans l’eau ne peut jamais devenir caïman, M. son cher époux trouvera le moyen de convoler avec d’autres amoureuses au mépris des énormes sacrifices de cette dernière, sans même avoir égard aux enfants qu’elle lui aura donné. C’est ainsi que meurtri par le chagrin, elle se résout au suicide en ingurgitant de l’eau de javel fortement dosée à leur domicile de Vridi.
Était-ce vraiment là la solution idoine pour échapper aux griffes de la douleur? Toujours est-il qu’aujourd’hui, sa famille est inconsolable, ses enfants sont orphelins et ses collègues et amis dans la confusion totale…M., son cher ex-époux qu’elle aimait tant peut tranquillement mener à bien ses escapades et pour elle, c’est un tout autre chapitre qui s’ouvre sur un air de tragédie qu’un esprit terrestre ne saurait décrire.
 
Source: ivoirematin.com

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13822-abidjan-une-jeune-dame-cadre-de-banque-s-est-suicidee-a-l-eau-de-javel-a-cause-de-l-infidelite-de-son-mari

Affaire « fillette violée à Duékoué »: le gouvernement apporte sa compassion à la victime

Les ministres Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Aouélé Eugène Aka de la Santé et de l’Hygiène Publique et Mariatou Koné de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté ont apporté la compassion du gouvernement ivoirien à la petite B.C Justine internée, ce lundi 10 septembre 2018, à l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville des suites «d’abus sexuels». La fillette de 8 ans, élève de CM1 est entièrement prise en charge grâce à Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire.

La victime arrivée à 4 heures du matin ce lundi, a indiqué la ministre Ramata Ly-Bakayoko, a été immédiatement prise en charge par les spécialistes de chirurgie pédiatrique et de gynécologie. Elle a souligné que la fillette bénéficiera d’une prise en charge médicale totale. Assurant que l’état de santé de la petite connaît une «nette amélioration». Concernant le présumé auteur du viol, Yao Fulgence Boukan, âgé de 45 ans, marié et père de 4 enfants qui a été mis aux arrêts depuis le 6 septembre, Mme Ly-Bakayoko a assuré qu’il répondra devant la justice si les faits sont avérés.
Rappelons que la petite B.C Justine, malade, avait fini par avouer avoir été violée par Yao Fulgence Boukan, instituteur et directeur de l’EPP Guitozon1 à Duékoué. Sur la base d’examens médicaux suivis à Duékoué, attestant une défloraison de l’hymen et des infections de la partie génitale, la famille de la fillette porte plainte contre le mis en cause. Le directeur d’école aurait reconnu les faits et demandé pardon pour son acte. Mais selon la ministre Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, l’État ivoirien compte prendre ses responsabilités devant cet «acte criminel», si le rapport médical atteste que la victime a été violée par le directeur d’école.
 
Source: abidjan.net

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13806-affaire-fillette-violee-a-duekoue-le-gouvernement-apporte-sa-compassion-a-la-victime

Soudan: 85 enfants sauvés d`un trafic d`êtres humains

Interpol a annoncé lundi qu’un réseau de trafic d’êtres humains a été démantelé fin août au Soudan. Un réseau de trafic d’êtres humains a été démantelé fin août à Khartoum (Soudan), permettant de sauver 94 personnes, parmi lesquelles 85 enfants dont certains travaillaient dans des mines d’or illégales, a annoncé lundi Interpol.

L’ »Opération Sawiyan », qui s’est déroulée du 26 au 30 août, a permis d’arrêter douze femmes et deux hommes au cours d’un vaste coup de filet de la police locale, avec l’appui d’Interpol, qui a visé « plusieurs points névralgiques » de la ville comme l’aéroport international, et des mines d’or à ciel ouvert situées à l’Est, précise dans son communiqué l’organisation internationale de police criminelle, dont le siège est à Lyon.
Groupe criminel transnational
Ils sont suspectés d’appartenir à des groupes criminels qui font de « l’immigration clandestine, le travail d’enfants et la mendicité forcée » leur commerce. « La diversité des nationalités parmi les personnes secourues (Soudan, Soudan du Sud, Tchad, République du Congo, Erythrée, Niger, ndlr) montre à quel point la traite des êtres humains et le trafic des êtres humains constituent un problème véritablement transnational, qui nécessite une réponse internationale coordonnée », déclare Tim Morris, le directeur exécutif des services de police d’Interpol, cité dans le texte.
De nombreuses victimes mineures du réseau ont été découvertes dans des mines d’or exploitées illégalement, travaillant « dans des conditions extrêmes ». Des enfants, certains âgés « d’à peine 10 ans », y ont été ainsi surpris en train de manipuler des produits chimiques dangereux tels que mercure ou cyanure.
200 policiers mobilisés pour l’opération
Vingt mille dollars (17.325 euros) ont été également saisis durant l’opération, dont une partie pourrait correspondre « au versement d’une rançon » après l’enlèvement d’un migrant, qui fait partie lui-même des victimes du réseau démantelé, selon la même source. L’ »Opération Sawiyan » a mobilisé 200 policiers soudanais de différents services, parmi lesquels ceux de la lutte contre le trafic humain, de la protection de l’Enfance ou de l’antenne locale d’Interpol. 
 
Photo d’illustration
Source: AFP

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13801-soudan-85-enfants-sauves-d-un-trafic-d-etres-humains

Un sud-africain violé par trois femmes

Un jeune homme a été violé par trois femmes en Afrique du Sud. Selon les informations? le jeune raconte qu’il avait reçu un appel d’une femme qu’il connait qui lui faisait savoir qu’elle avait un souci de courant électrique à son domicile et voulait son aide.

« Je suis entré dans sa maison et quand je suis arrivé, j’ai vu une autre fille. Je ne lui ai pas prêté attention. Puis une autre fille qui se cachait derrière la porte l’a fermée, c’est alors que je me suis rendu compte que quelque chose n’allait pas » a indiqué le jeune homme. Pour le jeune homme, après avoir fermé la porte ces dames lui ont livré leur désir qui celui d’avoir des rapports sexuels. Mais le jeune homme voyait en tout cela une blague, « J’ai d’abord pensé qu’elles plaisantaient » a-t-il souligné.
Aussitôt relâché par ces trois Nanas, le jeune homme a raconté cette mésaventure à sa sœurs mais celle-ci ne l’a pas cru. « J’ai dit à ma sœur aînée ce qui s’était passé, mais elle pensait que je plaisantais ». A cet effet, sa sœur lui avait encouragé de porter plainte contre ces trois femmes violeuses, après avoir regardé la vidéo sur l’internet. C’est ainsi que le jeune homme s’est rendu à la police.
« Quand je leur ai dit ce qui s’est passé, ils ont été choqués. Les trois femmes ont été arrêtées le même jour où je les ai dénoncées ». Selon la même source, les présumées violeuses étaient des gens qu’il connaissait et avec qui il avait grandi dans la même région.
 
Source: elitedafrique.com

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13790-un-sud-africain-viole-par-trois-femmes

RDC : des femmes réclament à légaliser l`avortement

Au Congo, des femmes réclament la légalisation de l’avortement. Cette demande est faite par l’Association des femmes juristes congolaise (AFEJUCO), dans un pays où l’avortement est puni par le code pénal.

Pour cette association une femme violée, victime d’inceste où celle dont la grossesse met en danger sa santé physique et mentale peut réclamer l’avortement.
« Le code pénal n’autorise pas l’avortement. L’avortement est et reste un acte incriminé par le code pénal. Sauf l’avortement thérapeutique qui est autorisé par le code de déontologie médicale », a martelé Pélagie Ebeka, présidente de l’association.
L’AFEJUCO plaide pour l’harmonisation des lois nationales en les accordant aux instruments internationaux par la RDC sur les droits des femmes.
Le protocole de Maputo ou protocole de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique est adopté le 11 juillet 2003, condamne les mutilations génitales féminines et énonce le « droit à la santé au contrôle des fonctions de reproductions».
Au Congo, les cas de viol sont légion. En l’absence de statistiques récents, le Ministère congolais du genre,  souligne qu’en 2013, 25.612 cas ont été rapportés dans 7 provinces notamment Bandundu, Bas-Congo, Nord Kivu, Sud Kivu, Province Orientale, Kinshasa et Katanga.
 
 
Source : Autre presse

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13779-rdc-des-femmes-reclament-a-legaliser-l-avortement

La présentatrice météo de la RTBF Cécile Djunga en pleurs: « Je reçois des tonnes de messages racistes« 

La présentatrice météo belge de la RTBF, Cécile Djunga, explique dans une vidéo postée ce mercredi sur son compte Facebook, qu’elle est la cible de très nombreux messages racistes depuis un an.

« Hier, au boulot, une dame a appelé pour dire que j’étais trop noire, qu’on ne voyait rien à l’écran, qu’on ne voyait que mes habits et que je ne passais pas bien à la télé parce que j’étais trop noire, et qu’il fallait me le dire ». Cécile Djunga commence sa vidéo avec le sourire. Puis le ton change. La présentatrice météo de la RTBF, chaîne publique francophone en Belgique, est en colère et en larmes.
Elle vit mal ces attaques racistes régulières : « Je suis partagée, entre, le rire et la colère, ça commence à m’énerver ce genre de messages, ça ne s’arrête pas… Ça va faire un an que je fais ce métier et j’en ai marre de recevoir des tonnes de messages racistes, des messages insultants… Ça me touche parce que je suis un être humain. J’essaye de passer outre mais voilà… C’est plus drôle en fait… » »J’en ai marre ». Cécile Djunga a décidé de s’adresser directement au public via une vidéo sur Facebook intitulée « Coup de Gueule #STOPRACISME ». « Recevoir des messages tels que ‘sale négresse rentre dans ton pays’, j’en ai marre. J’ai décidé que j’allais le dire parce qu’il y a trop de gens qui pensent qu’en Belgique, le racisme ça n’existe pas ».
Son message a déjà été partagé plus de 15 000 fois en une journée. L’administrateur délégué de la RTBF, Jean-Paul Philippot a annoncé qu’il avait décidé de poursuivre en justice toutes les personnes qui ont tenu des propos racistes : « Ça n’a pas sa place en Belgique, pas sa place dans une société démocratique. Nous allons faire respecter la loi et poursuivre toutes ces personnes. Il n’y a pas d’impunité au racisme. En tout cas, ça nous stimule dans notre politique à continuer à exprimer la diversité dans tous ses aspects et ses facettes ».
 
Source : Autre Presse
 

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13774-la-presentatrice-meteo-de-la-rtbf-cecile-djunga-en-pleurs-je-recois-des-tonnes-de-messages-racistes

Pour la première fois, une candidate voilée arrive en finale de Miss Angleterre

Elle n’a pas remporté le concours mais cette jeune femme est repartie avec bien plus qu’une couronne. Sara Iftekhar, étudiante en droit de 20 ans, a marqué l’histoire à jamais ! Elle était la première candidate portant un voile à la finale du concours de Miss Angleterre.

Elle a envoyé un message fort lors de la finale de Miss Angleterre mardi soir. Avec son voile couvrant ses cheveux, Sara Iftekha s’est démarquée des 49 autres concurrentes. Pour elle, ce concours était l’occasion de montrer que « la beauté n’a pas de définition » et que « chaque personne est belle à sa manière, indépendamment de son poids, de sa race, de sa couleur » comme elle l’explique sur sa compte Instagram.
Avec cette participation et sa place de finaliste, Sara Iftekhar a cassé les préjugés sur les femmes voilées. En effet, elles sont nombreuses à subir des critiques quotidiennes sur le choix de se couvrir les cheveux et sont souvent victimes de regards désapprobateurs et de discrimination.
« Si je veux me couvrir et m’habiller de manière pudique, pourquoi cela devrait poser problème ? », a-t-elle interrogé lors d’une interview accordée à BBC et d’ajouter, « Je suis comme les autres concurrentes ».
En assumant devant toute l’Angleterre son voile, la jeune femme – élue Miss Huddersfield 2018- a réussi à le démystifier, le rendre normal. Son action incitera sans doute d’autres filles à oser se rendre là où on ne les attend pas et à se montrer avec courage. D’ailleurs Sara Iftekahr se dit « fière » d’être arrivée jusqu’en finale.
Une beauté plus représentative
Les messages de soutien envers la miss ont été nombreux. Sa participation « montre que Miss Angleterre représente l’Angleterre d’aujourd’hui » a déclaré Angie Beasley, porte-parole du concours, dans le Daily Mail. Plus encore, Sara Iftekahr « change la perception sur les femmes portant le voile » pense la militante féministe Iqra Choudhry dans le journal en ligne The Independent. « Le fait qu’elle atteigne la finale de Miss Angleterre devrait être salué par la communauté musulmane et par les femmes en général  » déclare-t-elle.
 
  
Source : autre presse

Lire depuis le site d’origine
http://www.afriquefemme.com/fr/homepage/117-news/actualites/13772-pour-la-premiere-fois-une-candidate-voilee-arrive-en-finale-de-miss-angleterre