Dj Dollar au Afrimma, aux USA

Un des célèbres maîtres des platines sénégalaises depuis une décennie, Dj Dollar vient de recevoir une belle récompense. Le jeune sénégalais est nominé au Afrimma.

Il s’agit de l’African music magazine awards and music festival, manifestation dédiée à la musique sénégalaise et prévue le 7 octobre 2018 à Dallas aux États-Unis.

« Il est seul DJ francophone sélectionné et invite tous les sénégalais à le soutenir », selon un communiqué envoyé à la presse.

Un texte qui retrace d’ailleurs la carrière de l’artiste connu à l’état civil sous le nom de Pape Samba Diouf, passionné des platines « très tôt alors qu’il était encore en classe de 3e secondaire (avec comme) référence DJ JBESS qui lui apprendra certaines techniques. Le bac en poche, il suit une licence en fiscalité mais abandonne tout pour exercer ce qu’il a toujours aimé. En 2013, il participera au concert de Mister Vegas à la place du souvenir, ce travail restera l’un des plus beau souvenir. Il collabore avec NIX un et devient son DJ officiel, ensemble ils feront le son ‘Bday girl’ bien accueilli par le public.

Il doit sa notoriété à ses collaborations avec DAVIDO et WIZKID mais aussi à son travail lors du salon de la mode black qui s’est tenu à Paris ».

Rythme cardiaque : le pénalty de «Grizou» a fait chavirer les cœurs

Une étude de Withings révèle que les rythmes cardiaques de 8 000 spectateurs se sont affolés lors de la finale victorieuse de la Coupe du monde, spécialement sur le but du 2-1.En gagnant leur deuxième Coupe du monde dimanche dernier, les Bleus ont fait chavirer les cœurs mais ils les avaient aussi bien sollicités avant. La PME française Withings a mesuré les émotions et le degré de stress de 8 000 utilisateurs de sa montre Steel HR qui étaient devant le dernier match de la compétition. Cet objet connecté mesure le rythme cardiaque en continu et l’application associée analyse les variations.Ses données anonymisées ont généré une étude au plus près des pics d’émotions pendant la confrontation contre la Croatie que nous vous révélons en exclusivité. Pour rappel, le rythme normal d’un pouls au repos est situé entre 50 et 85 pour un adulte. Dès le début de la rencontre, les supporters se situaient au-dessus, autour de 88. Un rythme qui n’a fait que croître ensuite. Peu stressés par l’égalisation croateLe premier emballement survient lors du premier but pour la France, marqué contre son camp par un Croate à la 18e minute : 91 pulsations pour les femmes et 94 pour les hommes.Le but de l’égalisation croate ne stresse pas tant que ça les utilisateurs. Les hommes sont à 88 pulsations par minute, les femmes s’inquiètent un peu plus avec 90 pulsations par minute.En revanche, à la 38e minute, le but de la délivrance de Griezmann sur pénalty, qui porte le score à 2-1, déclenche une hausse soudaine des pulsations avec le cap des 100 par minute dépassé pour les hommes tandis que le pouls des femmes atteint les 95 pulsations./ En seconde période, les pulsations ne descendent pas sous les 90 en moyenne, sauf lors de la bourde de Lloris à la 69e minute… 93 battements pour le but de Pogba, 94 pour celui de Mbappé et jusqu’à 96 pour la victoire finale ! Le facteur générationnel a nettement compté, selon la société spécialiste des objets connectés : les plus jeunes (20 à 29 ans) ont plus vibré avec un pic à plus de 105 pulsations par minute aux moments clés du match. Les seniors (60-69 ans) analysés ont, eux, maintenu un pouls à 81 pulsations en moyenneDamien Licata Caruso (@DamienLicata)Société

 

Source : http://www.leparisien.fr

Cholet : un python royal caché dans une chaudière

C’est un plombier en intervention qui a découvert le reptile.Drôle de surprise pour le plombier qui intervenait dans un pavillon dans un quartier résidentiel de Cholet (Maine-et-Loire). En ouvrant la chaudière, l’artisan est tombé nez à nez avec un joli python royal mesurant 1,40 m qui était bien au chaud.Cette espèce de serpent, selon Ouest France, est régulièrement vendue en animalerie et n’a pas besoin de permis particulier pour être possédé par des particuliers.L’animal en bonne santé qui s’est probablement échappé d’une maison voisine a été récupéré par les policiers de Cholet avant d’être confié au zoo de Doué la Fontaine.Son propriétaire doit contacter cet établissement pour venir le récupérer. A défaut, il ira rejoindre trois autres serpents de son espèce après une période de quarantaine.Le ParisienInsoliteserpentPython royalpoliceMaine-et-Loire

 

Source : http://www.leparisien.fr

Un été coupé du monde : «La forêt a toujours été mon élément»

Siegrid se ressource en s’immergeant dans la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne). Elle suit un stage de sylvothérapie.Allongée sur la mousse, Siegrid savoure ; la course des nuages, la brise, la voûte des grands pins maritimes qui danse. Une averse vient de tremper les sentiers ôcres de la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne). Une odeur puissante monte de la terre, tout autour, cela sent l’humus, l’ambre, le vert tendre des fougères. Les yeux clos, la quadragénaire blonde au regard bleu azur, se laisse flotter. Ce grand bain de nature, cette communion avec la forêt, voilà des mois qu’elle en rêvait ! « Après une année à trimer, enfermée dans un bureau, cela fait un bien fou, c’est tellement apaisant », sourit cette fille du Nord, sans chichi, en réajustant son sac à dos.Originaire de Lambersart près de Lille, cette maman de trois garçons est comptable : elle tient le bilan et édite les fiches de paye du personnel d’une dizaine de crèches associatives. Son travail lui convient, l’ambiance y est bonne et elle n’a pas à s’épuiser dans les transports pour s’y rendre, mais c’est quand même pour s’offrir un formidable bol de bien-être qu’elle n’a pas hésité à parcourir 250 km au volant de sa petite Toyota rouge pour participer à un stage de deux jours de sylvothérapie. Cela lui a coûté 250 €.« C’est mon instant à moi, rien que pour moi »Et même si cette adepte de Reiki a dû donner quelques cours de comptabilité en heures supplémentaire pour se le payer, elle ne regrette rien. « Cette escapade en forêt, c’est un peu un cadeau que je me fais, c’est mon instant à moi, rien que pour moi », explique cette maman qui a toujours à la maison deux de ses fils. Et puis, comme elle l’observe « une balade en forêt, cela ne peut pas faire de mal ». La voici donc prête à s’immerger, en compagnie de neufs autres amoureux des arbres, dans l’ambiance druidique des gorges de Franchard.La sylvothérapie consiste à marcher dans les bois en faisant des pauses pour entrer en contact physique avec les arbres./LP/Olivier Corsan La petite troupe a attaqué dès 7h30 du matin. Jean-Marie Defossez, leur coach, ex-scientifique reconverti, n’est pas homme à badiner : révision de la marche afghane, cette technique qui permet d’avancer plus vite, plus loin, tout en économisant son souffle, exercices diverses de respiration, pauses régulières dédiées à la méditation… depuis le matin, dans le dédales des roches mousseuses et des ancestrales futaies, ses ouialles n’ont pas chômé.« Ecoutez-le, explorez son écorce avec la main »Il est tout juste 11 heures et voilà que déjà les estomacs gargouillent… « J’ai repéré une petite grotte un peu plus loin, cela nous permettra de manger à l’abri des gouttes, à condition que je la retrouve », fait patienter le coach ; tout en continuant à enchaîner en chemin les exercices. Cette fois, il a choisi de travailler les sens. « Vous allez choisir un arbre ! Surtout ne le touchez pas ! exhorte-t-il. Approchez-vous de lui à deux pas, fermez les yeux et tendez la main, ce n’est que lorsque vous l’aurez visualisé dans votre cerveau que vous pourrez le toucher, écoutez-le, explorez son écorce avec la main, enlacez-le et imaginez maintenant que c’est l’arbre qui vous tient dans ses bras ! Et pas l’inverse », commande le sylvothérapeuthe, de sa voix douce, aux accents belges.Concentrée, Siegrid s’exécute. Pour participer à ce stage hors normes, elle a dû envoyer une lettre de motivation. Le coach y tient ! Cela ne l’a pas rebuté. « La forêt a toujours été mon élément. déjà ado, j’enfourchais dès 5 heures du matin mon vélo pour aller voir la nature s’éveiller. Les arbres, c’est mon médicament, parmi eux, je me sens zen. C’est comme s’ils me protégeaient », confie cette divorcée. « Hop, hop, hop, on y va et on se concentre sur son souffle », intime le coach. Un ultime câlin à trois magnifiques pins centenaires, un dernier coup de chapeau à « la force d’enracinement » d’un majestueux vieux chêne, il est temps de rentrer au gîte. Siegrid ignore si cette première journée de stage a « débloqué ses possibles », mais ce qu’elle sait, c’est qu’elle a faim. Et que cette nuit, elle dormira comme un bébé.Aline GérardSociétésylvothérapieForetBien-êtreméditation

 

Source : http://www.leparisien.fr

Suresnes : les ados qui ont rendu les 4000 euros du RER A félicités au Sénat

Pour avoir remis à la police plus de 4000 euros découverts dans le RER, huit jeunes ont été reçus au Palais du Luxembourg ce lundi.Leur geste leur a ouvert les portes du Palais du Luxembourg. Pour avoir remis à la police plus de 4 000 € trouvés dans le RER, jeudi dernier, Bilal, Samy, Walid, Bruno, Yanis, Marveen, Dany et Fateh, huit adolescents de la Cités-jardins, à Suresnes, ont été invités, ce lundi, au Sénat où ils ont reçu la médaille de la citoyenneté en présence de leur famille.A l’origine de cette invitation : le sénateur socialiste des Hauts-de-Seine Xavier Iacovelli, conseiller municipal d’opposition de Suresnes. « Si cette histoire m’a parlé, c’est peut-être parce que je suis issu et que j’ai grandi dans le même quartier que ces garçons, glisse l’élu. Ces jeunes ont donné une belle leçon à beaucoup de monde en agissant ainsi. Leur civisme est un modèle à suivre… »Devant un copieux petit-déjeuner et après quelques mots sur le sacre des Bleus en Coupe du monde, le groupe de copains est donc revenu, sous les yeux de leurs proches et à la demande du sénateur, sur leur improbable découverte. « Ce sac, on est tombé dessus par hasard en allant récupérer un ballon qui avait roulé sous une banquette du RER, souffle Samy. Quand on l’a ouvert, on a halluciné… »L’air éberlué des policiersBilal et Walid, eux, ont décrit en détail les débats qui ont suivi la trouvaille, les coups de téléphone passés aux grands frères pour connaître la marche à suivre sans oublier l’air éberlué dès policiers quand le groupe leur a remis le sac de billets.Un geste dont la petite bande avoue n’avoir pas tout de suite mesuré la portée. « Ce n’est que le lendemain que j’ai réalisé, quand on a été sollicités par des journalistes pour raconter notre histoire, confie Yanis, surpris par les nombreuses sollicitations médiatiques. Nous, on ne voulait pas de tout ça. Surtout qu’en rendant ce sac, on n’avait pas l’impression de faire quelque chose d’extraordinaire. »« Tout le monde ne l’aurait pourtant pas fait, note toutefois Eddy, le père de Marveen, l’un des adolescents présents dans le RER. Sur ce coup, il y a vraiment de quoi être fier d’eux ». Un avis partagé par Isabelle : « En voyant mon fils se conduire comme ça, je me dis que j’ai pas trop mal réussi son éducation », appuie la mère de famille, comblée de l’invitation du sénateur.La petite bande, elle aussi, s’est dite ravie de pouvoir admirer, le temps d’une matinée, les dorures, les boiseries, le velours rouge et les peintures monumentales du Palais du Luxembourg. « Disons que ça nous a offert la possibilité de visiter le Sénat et d’y prendre un petit-déjeuner, glisse Fateh. Pour des jeunes de la Cités-jardins, ça n’arrive pas tous les jours… »David LivoisHauts-de-SeineRER A4 000 eurosCité-jardinsXavier Iacovelli

 

Source : http://www.leparisien.fr

Non ce n’est pas ce que vous croyez

Le tatouage d’une main de bébé qui tient un doigt
Le tatouage d’une main de bébé qui tient un doigt
Non ce n’est pas ce que vous croyez, une maman s’est faite tatouer sur l’avant bras la main de son bébé qui tient son doigt mais le résultant fait penser à autre chose.

Un python d’ 1,5 mètre dans un immeuble de Clermont-Ferrand

L’animal, à la provenance inconnue, a été capturé par les pompiers.Grosse frayeur pour certains habitants de Clermont-Ferrand. Un python royal a été découvert ce lundi matin dans le hall d’un immeuble de la préfecture du Puy-de-Dôme selon une . information de France Bleu Pays d’Auvergne.L’animal, une femelle de quatre ans, mesure 1,50 mètre. Elle a été capturée sous le porche d’un immeuble du quartier de la gare. Selon les pompiers, « le propriétaire ne s’est pas manifesté et n’a pas non plus été identifié ».Le serpent, qui peut se révéler très dangereux, a été transféré dans une clinique vétérinaire d’Issoire (Puy-de-Dôme), afin de « l’expertiser » pour vérifier si celui-ci pouvait « être traçable ». Le python royal a finalement été recueilli par un pompier spécialiste des reptiles, qui assure habituellement des formations pour ce type d’interventions.Le Parisien avec AFPFaits diversserpentPython royalpompiers

 

Source : http://www.leparisien.fr

Bretagne : un artiste veut marcher 170 km.. avec une armure de 34 kg

Un artiste loufoque est parti samedi et espère rejoindre Brest en dix jours.Il a commencé sa « croisade pacifique » samedi après-midi, dans le cœur du Centre-Bretagne. C’est du petit village de Saint-Antoine, sur la commune de Lanrivain (Côtes-d’Armor), siège du festival d’art contemporain Lieux Mouvants, qu’est parti, une armure de 34 kg sur le dos, Abraham Poincheval. L’artiste, bien connu pour ses performances un brin loufoques, mais toujours extraordinaires (s’enfermer dans un rocher, ou encore dans un ours naturalisé, vivre sur un mât à 20 m de hauteur, remonter le Rhône dans une grande bouteille en verre, etc.), a accepté de contribuer à sa façon au festival, qui fait la part belle aux paysages bretons, en incarnant un chevalier errant des temps modernes. Désarmé, évidemment.Dix jours de marche jusqu’à BrestSamedi, c’était donc le top départ d’un périple un peu fou : quitter le cœur de la Bretagne « grosso modo en ligne droite jusqu’à Brest ». Soit 170 km de marche (une dizaine de jours). « Je ferai entre 10 et 20 bornes par jour ; entre départementales, bosquets et chemins de traverse », estime Abraham Poincheval, la visière relevée, et visiblement en sueur – sous un cagnard breton persistant. « Je verrai bien sur la route si l’on m’offre l’hospitalité. Bon, sinon, on ira dans les supermarchés pour acheter à manger, et on dormira à la belle étoile ».Cette performance à la fois drôle et poétique était un souhait de l’artiste. « C’est le journaliste Jean Schalit, créateur de ce festival, qui m’avait proposé de faire une pièce pour cette édition. Mais je n’avais pas envie de rester statique. Les paysages sont tellement splendides, ici, qu’ils invitent à l’imaginaire… La Bretagne, cela fait aussi écho au mythe arthurien ». Sans avoir forcément lu tout ce qui touche au roi Arthur et aux Chevaliers de la Table Ronde, Abraham, neo chevalier ultra-pointu, évoque plutôt les travaux de recherche du médiéviste suisse Paul Zumthor. « Il a dit cette phrase qui résume bien les choses : « Le chevalier errant, c’est un homme sans ici ». A partir de là, ce projet incongru se transformera, petit à petit, il l’espère, en un voyage d’expérience, « vers l’inconnu » et peut-être même au-delà. « Je retourne dans une thématique d’enfermement… mais migratoire », ironise-t-il, avant d’embrayer, toujours avec humour « Heureusement qu’il fait beau en ce moment. Enfin bon, s’il pleut, ce n’est pas grave ; j’ai une petite burette d’huile pour éviter la rouille ! ».Une armure en fer sur mesure fabriquée en ItalieSon armure en fer, il l’a commandée sur mesure chez « de véritables fabricants d’armures médiévales, en Italie ». C’est avec cette carapace sur le dos, que samedi, à 15 heures, il a entamé son odyssée bretonne. D’un pas décidé, sous 30 °C de température ambiante, il a tourné à gauche, sur la départementale D87 « Ouh, ce doit être lourd ! », entendait-on commenter avec amusement, sur le chemin. « Pas trop chaud, là-dessous ? […] et votre sac à dos, il est d’époque, aussi ? ». Derrière lui, Mathieu, un cameraman tout aussi brave, le suivra à vélo sur tout le trajet – et risquera de croiser les coureurs du Tour de France… Un film en découlera dans les prochains mois, et devrait narrer un conte contemporain des plus insolites.Pratique : On peut poster des photos d’Abraham, si on le croise, au hasard des routes bretonnes, sur une page Facebook dédiée : « Abraham Poincheval en croisade pacifique ».Nora MoreauCulture & LoisirsBretagneAbraham PoinchevalChevalierArmure

 

Source : http://www.leparisien.fr

Un phoque polaire relâché en Bretagne a parcouru 2 000 km en vingt jours

Soigné par le centre marin Océanopolis, le petit mammifère a été relâché le 15 juin dernier au large du Finistère. Il se dirige tout droit vers le cercle polaire.Il est petit, poilu et mignon. Et il a mis le cap sur le Nord. Le phoque polaire retrouvé affaibli fin mars dans le bassin d’Arcachon, et relâché le 15 juin dernier, a déjà parcouru plus de 2 000 km. Le tout en à peine vingt jours, raconte ce jeudi le parc Océanopolis de Brest (Finistère), soulignant son « incroyable parcours ».« Il ne nage pas au hasard, il se dirige plein Nord vers le cercle polaire », assure Sami Hassani, à la tête du centre de soin et de conservation du parc marin.Plus que 600 km à parcourirLe petit animal a été relâché le 15 juin sur la côte nord du Finistère. Depuis, son parcours est suivi à la trace par les équipes du centre de soins breton, grâce à une balise Argos fixée sur son dos. Océanopolis ne manque pas de partager la progression de son petit protégé sur sa page Facebook.L’incroyable parcours du phoque polaire Il lui reste désormais moins de 600 km avant de dépasser le cercle polaire arctique et retrouver son habitat naturel.Ce mardi, le mammifère était repéré au large des Iles Féroé, après avoir rejoint en ligne droite l’Irlande, qu’il a contourné par l’Ouest pour poursuivre sa route plein Nord.622e phoque du centre OcéanopolisLe petit phoque avait été retrouvé fin mars dans le bassin d’Arcachon alors qu’il n’avait que quelques semaines. Ne pesant que 9 kg – les animaux de son espèce en pèsent habituellement une vingtaine au moment où ils sont sevrés -, il avait été acheminé jusqu’à Brest quelques jours plus tard pour y être soigné. A sa sortie, il avait repris du poil de la bête et pesait 26 kg. Il est le 622e phoque accueilli au centre de soins Océanopolis.A.L. avec AFPSociétéphoqueOcéanopolis

 

Source : http://www.leparisien.fr