Mexique: un avion de ligne s’écrase au décollage, des blessés, pas de mort (autorités)

Un avion de la compagnie Aeromexico s’est écrasé mardi juste après son décollage dans l’Etat de Durango, dans le nord du Mexique, faisant de nombreux blessés mais aucun décès, a-t-on appris auprès des autorités locales.Vers 16H00 locales (21h00 GMT), l’avion de type Embraer « s’est écrasé au moment du décollage de l’aéroport de Durango en direction de Mexico, avec 97 passagers et 4 membres d’équipage à son bord », a indiqué le ministre mexicain du Transport, Gerardo Ruiz Esparza. »Il n’y a pas de personne décédée », a assuré le gouverneur de cet Etat, Jose Aispuro, sur Twitter.Selon un premier bilan, « il y aurait environ 85 blessés », a indiqué de son côté sur la chaîne Milenio TV le porte-parole de la protection civile locale, Alejandro Cardoza. Il y a quelques « lésions sérieuses », mais la majorité des blessures sont « très légères », a-t-il précisé.L’avion aurait été pris dans une forte averse de grêle au moment du décollage et aurait tenté d’effectuer « un atterrissage forcé dans un champs à environ 10 kilomètres de l’aéroport ». »Le feu s’est déclaré après l’atterrissage forcé qu’ont effectué les pilotes, mais heureusement il n’y a apparemment pas de personnes avec des brûlures », selon M. Cardoza.D’après les premiers témoignages des passagers, « au moment du décollage, il y a eu un mouvement bizarre et l’accident s’est alors produit », a raconté M. Aispuro sur Milenio TV.Un correspondant de l’AFP qui s’est rendu sur place a vu un avion enveloppé dans un nuage de fumée, et des passagers qui quittaient à pied l’appareil, certains présentant des blessures légères.Les premières images diffusées sur les réseaux sociaux et dans les médias montrent un avion au sol, dont la carlingue entière est partiellement consumée par un incendie.

 

 

Source : www.euronews.com

Polémique ONU/Kinshasa sur des femmes esclaves sexuelles au Kasaï

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) affirme avoir « pu confirmer l’enlèvement de 66 personnes dont 2 femmes, 49 filles et 15 garçons » lors d’une enquête en décembre 2017. Depuis lors, certains de ces otages ont été relâchés », écrit mardi la Monusco dans une note.

« Dès qu’elle a eu connaissance des faits, la Monusco a alerté le gouvernement de la République démocratique du Congo », ajoute la note.

« La Monusco suit de près la situation préoccupante de femmes et enfants retenus en otages dans le territoire de Kamonia (province du Kasaï) », insiste la force onusienne.

Du côté gouvernemental, on réfute ces assertions.

« Jusqu’au moment où je vous parle, personne n’a donné de précisions quant à l’existence de ces femmes séquestrées comme otages sexuels », avait déclaré plus tôt dans la journée la ministre congolaise des Droits humains Marie-Ange Mushobekwa sur Radio française internationale (RFI).

Selon elle, des femmes de l’ethnie Luba mariées aux hommes du groupe rival Tshokwe « se sont disputées avec leur mari » lors du conflit dans le Kasaï entre septembre 2016 et mi-2017.

>> Lire aussi : Kinshasa appelé à « enquêter » sur l’implication des autorités dans les violences au Kasaï

« Ces femmes ont croisé les éléments de la Monusco, elles ont relaté ce qui s’est passé et la Monusco a amplifié cette histoire », a affirmé Mme Mushobekwa.

Lundi, quarante manifestants ont été arrêtés à Kinshasa lors d’une marche en faveur de ces femmes. Ils ont été libérés mardi.

La région du Kasaï s’est embrasée en septembre 2016, un mois après la mort d’un chef traditionnel opposé au président Joseph Kabila, Kamuina Nsapu, tué lors d’une opération militaire.

Des affrontements entre Kamuina Nsapu et forces de sécurité ont fait plus de 3.000 morts dont deux experts de l’ONU, 1,4 million de déplacés.

Avec AFP

voir l’article original

Mahammed Dionne rassure : “L’Usine de Keur Momar Sarr fonctionne à plein régime depuis le 20 juillet dernier”

Le Premier ministre, Mahammed Dionne s’est rendu à Bayakh ce mardi pour procéder à la mise en service des ouvrages hydrauliques réalisés dans le cadre de ce programme à Bayakh.

Sur place, il a assuré que «ces ouvrages contribueront aujourd’hui à une augmentation de 15.000 m3/jour de la production».

A ces réalisations, s’ajouteront, à l’en croire, celles de Tassette pour une production de 25.000 m3/j en septembre 2018, de Tieudem pour une production de 15.000 m3/j avant la fin de l’année, ainsi qu’un apport de 20.000 m3 attendu des forages de Dakar en cours de réalisation, sans compter les ressources d’au moins 20.000 m3/j provenant de la déconnexion récente de certains maraîchers transférés sur le nouveau réseau d’irrigation de Beer Thialane.

Dans son discours, le Chef du Gouvernement a aussi révélé que «l’usine de traitement de Keur Momar Sarr (Kms) fonctionne, à présent, à plein régime, avec ses quatre pompes depuis la fin des travaux de sécurisation de ses installations, intervenue le 20 juillet 2018».

Dionne renseigne, par ailleurs, que l’Etat «a pris l’exacte mesure des contraintes de certaines zones pour l’accès à l’eau et travaille à y apporter des solutions appropriées, en particulier dans les zones affectées de Rufisque, des Parcelles Assainies, Grand Dakar, Bargny, Yène et Toubab Dialaw etc. Ainsi, ajoute-t-il.

Tout au plus, fait-il savoir : «l’Etat, dans le cadre de la prise en charge de cette question prioritaire, a mobilisé entre 2013 et 2018 plus de 500 milliards de financements, contre 260 milliards FCFA de 1996 à 2012 pour l’hydraulique urbaine».

Actusen.sn

 

 

source: actusen.sn

Foot: La mère de Neymar vole au secours de son fils

Très critiqué pour ses multiples roulades lors de la Coupe du monde en Russie, Neymar Jr a pu compter sur le soutien de sa mère, ce mardi, sur les réseaux sociaux.
Neymar s’en est excusé : le Brésilien a abusé des roulades et plongeons en tous genres lors du Mundial, ce qui lui a valu nombres de moqueries. Cela a incité sa mère, Nadine Gonçalves, à monter au créneau pour le défendre, sur les réseaux sociaux.

 

 

Source : www.senegal7.com

Gaston Mbengue: « On essaie de faire capoter mon combat Modou Lo-Balla Gaye »

XALIMANEWS : Dans un entretien accordé à Senego et repris par nos confrères de Wiwsport, Gaston Mbengue décline ses ambitions pour cette affiche de rêve entre Modou Lo et Balla Gaye 2 qui selon lui empêche déjà certaines personnes de dormir. Ce combat aura au mois de janvier estime-t-il. Gaston signe donc son retour dans l’arène. Le Don King de l’arène Sénégalaise organisera un grand duel entre Parcelles assainies et Guediawaye.

 

Source : xalimasn.com

QUALITÉ DE L’AIR ’’MOYENNEMENT DÉGRADÉE’’ CE MARDI (CENTRE)

La qualité de l’air globale « est moyennement dégradée pour la journée du 31 juillet », annonce le Centre de gestion de la qualité de l’air. « L’indice de la qualité pourrait également être jaune dans les prochaines 24 heures », souligne cet organisme de la Direction de l’environnement et des établissements classés.Dans ce contexte, le centre de la gestion de la qualité de l’air fait état d’un « risque sanitaire pour les personnes particulièrement sensibles (jeunes enfants, asthmatiques et personnes âgées) ».APS

 

Source : xalimasn.com

Mexique: un avion de ligne s’écrase au décollage

Un avion de la compagnie Aeromexico s’est écrasé mardi juste après le décollage dans l’Etat de Durango, dans le nord du Mexique, a-t-on appris auprès de la compagnie aérienne. »Aeromexico a eu connaissance d’un accident à Durango et nous sommes en train de vérifier l’information et d’obtenir des détails », écrit sur Twitter la compagnie aérienne mexicaine.

 

 

Source : www.euronews.com

Boycott du concours général :La réplique du ministère de l’Education au Lycée Limamoulaye

XALIMANEWS : La réponse de la Directrice de l’Enseignement moyen-secondaire, Fatima Bâ Diallo, après la sortie au vitriol du personnel enseignant du Lycée Limamoulaye de Guédiawaye, ne s’est pas fait attendre. Criant à la « stigmatisation », ledit personnel menace de boycotter le Concours général « parce que ce à quoi nous assistons, c’est une ‘’tocarisation’’ de l’Education nationale. De l’autre côté, il y a ce que le ministre Serigne Mbaye Thiam a choisi, le Lycée Mariama Bâ de Gorée, le Lycée d’excellence de Diourbel et le Prytanée Militaire de Saint-Louis, qui viennent d’ailleurs derrière le Lycée Limamoulaye ».Sur les ondes de la Rfm, Fatima Bâ Diallo cite « l’arrêté qui date du 20 février 2018 », avant de préciser que « les établissements ne seraient plus mis en compétition dans le cadre du Concours général qui concerne essentiellement les élèves. Ce sont les élèves qui compétissent. Donc, c’est fort de ce principe-là que l’arrêté qui fixe actuellement les modalités d’organisation du Concours général ne classe pas les établissements. »« Le principe, depuis le départ, insiste-t-elle, c’est l’élève qui est jaugé, qui est mesuré, qui est distingué également au Concours général. Donc, ce principal-là va être mis désormais en avant dans le cadre du Concours général ».

 

Source : xalimasn.com

Pour un chef de police américaine, les migrants sont détenus en « colonie de vacances »

Un responsable de la police américaine aux frontières (ICE) a rejeté mardi au Congrès les critiques de mauvais traitements dans les centres de rétention où sont enfermées des familles d’immigrés clandestins, les comparant à « une colonie de vacances ».Républicains et démocrates de la commission judiciaire du Sénat ont assailli de questions et de remarques plusieurs responsables de la surveillance des frontières alors que l’administration Trump est toujours sous le feu des critiques pour avoir séparé plus de 2.500 enfants ayant traversé illégalement la frontière mexicaine avec leurs parents ou tuteurs.Des parlementaires ont notamment indiqué que beaucoup de ces jeunes enfants avaient souffert de maltraitances pendant qu’ils étaient pris en charge par les services américains.De son côté, le directeur exécutif associé de l’ICE Matthew Albence a affirmé que les conditions de vie dans les centres de rétention pour les familles n’étaient pas si terribles. »Je pense que la meilleure façon de les décrire est de parler d’une colonie de vacances », a-t-il dit au groupe de parlementaires, détaillant l’accès « 24h sur 24, 7 jours sur 7 » à l’eau et à la nourriture, ainsi que des cours, des exercices physiques et des opportunités de divertissement en extérieur.Cette analogie fait écho aux propos controversés tenus en juin par une présentatrice de Fox News, chaîne conservatrice très regardée par le président américain, qui avait qualifié les centres où sont enfermés les enfants de « colonies de vacances ». Des images d’enfants, parfois très jeunes, séparés de leurs parents et enfermés dans des cages grillagées avaient provoqué un immense émoi national et international, poussant Donald Trump à signer le 20 juin un décret mettant fin de cette pratique de séparation systématique découlant de sa politique de « tolérance zéro » sur l’immigration illégale.Mais les autorités ont depuis beaucoup de difficultés à réunir les familles ayant été séparées. Le gouvernement a rendu quelque 1.800 enfants à leurs parents mais 711 mineurs restaient toujours aux soins des autorités américaines. »Ce n’est pas une exagération de dire que les politiques du président Trump et du ministre de la Justice Jeff Sessions feraient, en fait, de centaines d’enfants migrants des orphelins », a tonné la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, taclant une politique « profondément immorale et incohérente ». Le président de cette commission, le républicain Chuck Grassley, a aussi eu des mots très durs, estimant que le gouvernement « échoue lamentablement » à assurer un traitement humain. »Les mères ont souffert de maltraitance physique, mentale et émotionnelle inimaginables pendant leur détention », a-t-il déclaré. « Évidemment, c’est inacceptable ».Les parlementaires et militants se sont aussi focalisés sur le sort des quelque 400 enfants dont les parents ont été expulsés sans eux du territoire américain.

 

 

Source : www.euronews.com